Course au large

La Vendée Va'a 10ème edition un parcours pour les equipes feminines

La Vendée Va’a, course de pirogues polynésiennes, est une épreuve sportive de haut niveau. Durant 3 jours, une trentaine d’équipages s’affrontent sur un parcours en haute mer au départ des Sables d’Olonne.


Nouveauté 2019 : pour la 10ème édition de l’évènement, les organisateurs de la Vendée Va’a proposent en exclusivité mondiale, un parcours de 45 kms sur 3 étapes pour les équipes féminines. Afin de promouvoir ce sport auprès du public féminin et développer la pratique du Va’a dans l’hexagone, les organisateurs proposent en 2019 un nouveau parcours féminin unique au monde. Les équipes femmes participeront aux 3 étapes de la course pour une distance totale de 45 km, soit 20 km de plus que la Hawaiki Nui féminine.Comme l’an passé et pour des raisons de sécurité, le choix définitif sera fonction des conditions météorologiques. Les 2 étapes longues distances se feront dans l'axe du vent et des vagues avec un retour privilégiant le surf. Les compétiteurs navigueront en haute mer jusqu’à environ 6 milles nautiques des côtes, respectant ainsi l'esprit des plus grandes courses de pirogues comme La Hawaïki Nui Va’a.

Pour les deux épreuves longues distances, les équipages masculins s'élanceront pour un parcours en haute mer face à la houle, 47 km le jeudi et 55 km le samedi. Le vendredi ils parcourront 26 km, direction Nouch nord, phare des barges, petite barge et baie de Cayola.
Les équipages féminins participeront chaque jour à la prière collective qui précède chaque départ et s'élanceront sur les mêmes trajectoires juste après les hommes afin de sécuriser le départ des 2 groupes.

Le succès de la Vendée Va’a attire de plus en plus de compétiteurs et chaque année les organisateurs constatent avec plaisir une augmentation du nombre d’inscrits. Pour la 10ème édition seront présentes une trentaine d’équipes françaises, européennes et internationales, dont une dizaine de féminines. Cette année, les femmes seront deux fois plus nombreuses qu’en 2018 avec notamment le retour du Brésil.  La Polynésie, terre du Va’a, sera également présente comme à chaque édition.

Gildas Morvan de retour sur la Solitaire Urgo Le Figaro

Gildas Morvan, figariste de renom, qui a remporté de nombreuses victoires d’étape mais a toujours couru derrière le triomphe final, effectuera son grand retour sur la Solitaire Urgo Le Figaro, ce printemps. Le 2 juin prochain de Nantes, le Breton s’élancera sous les couleurs de Niji, société de conseil, de design et de technologies, pour sa 22e Solitaire. Le géant vert ne pouvait pas rater la 50e édition de la Solitaire et le premier envol du Figaro Bénéteau 3

Un plateau de gala pour la 50è edition de la Solitaire Urgo Le Figaro

Michel Desjoyeaux, Armel Le Cléac’h, Jérémie Beyou, Yann Eliès, Charles Caudrelier mais aussi Loïck ­Peyron et peut-être Alain Gautier, Nicolas Lunven (liste non exhaustive)… Au mois de juin prochain, la 50e édition de la Solitaire Urgo Le Figaro va proposer un plateau véritablement exceptionnel composé de prestigieux anciens vainqueurs, de grands noms de la voile française et de jeunes loups figaristes affamés. « C’est comme si on prenait les vingt derniers Ballon d’Or et qu’on les mettait sur un même terrain », image Mathieu Sarrot, directeur des événements chez OC Sport Pen Duick, l’organisateur de la Solitaire pour le compte du Figaro.

À partir du 27 mai, Nantes et son quai de la Fosse accueilleront pour la première fois la Solitaire et les festivités célébrant sa 50e édition, le grand départ étant ­donné le 2 juin sous le pont de Saint-Nazaire (après une parade de 3 h 30 sur la Loire). Les figaristes mettront le cap vers le nord-ouest et Kinsale (Irlande) pour une longue première étape, clin d’œil adressé au Fastnet et à la (charmante petite) ville qui a le plus souvent accueilli la Solitaire (20e fois). Ces 550 milles initiaux, et sûrement déjà rugueux, laisseront la place à une 2e manche ­marathon de 630 milles avec une remontée encore plus nord vers l’île de Man à travers la belle mais éprouvante mer d’Irlande avant une longue re­descente vers la Bretagne. Port d’arrivée de cette 2e étape puis de départ et d’arrivée de la 3e après une boucle de 450 milles, Roscoff sera l’un des carrefours clefs de cette Solitaire très nordique (pas d’Espagne), donc «glagla» comme l'a commenté Michel Desjoyeaux sur twitter, et technique dans sa deuxième partie.

Avec ses 500 milles, la 4e et ultime ­étape menant la flotte vers les côtes ­anglaises, l’île de Wight puis Dieppe, sera cette année décisive. Et les retardataires pourront espérer jusqu’aux derniers ­milles d’un parcours en comptant 2 130 (sauf changement lié à la météo)… « C’est un beau parcours qui revient dans un ­format traditionnel de la Solitaire avec quatre longues étapes et des points de ­passage iconiques comme le Fastnet et l’île de Man, se réjouit Mathieu Sarrot. Avec le nouveau Figaro Bénéteau 3, cela pourrait aller vite s’il y a du vent et cela pourrait être un vrai casse-tête s’il n’y en a pas. On pourrait voir des étapes s’étirer jusqu’à six jours… » Idéal donc pour trouver un grand vainqueur digne de la légende figariste et célébrer une édition anniversaire comme jamais sous les feux des projecteurs.

Douarnenez Horta Douarnenez

Vingt places tout rond. C’est le nombre qui a été fixé par l’organisateur de la Douarnenez Horta – Douarnenez pour les croiseurs IRC. Sont admis à courir les équipages, les doubles et les solitaires. Chaque catégorie fera l’objet d’un classement spécifique.

En complément de la Douarnenez Horta Solo réservée aux Figaro 3, la Douarnenez – Horta – Douarnenez va permettre à nombre d’équipiers amateurs de découvrir le charme des Açores et pour nombre d’entre eux, de servir de galop d’essai avant la prochaine Transquadra Solo. 2400 milles de course, une destination de rêve, les places risquent d’être chères.

En effet, compte tenu des capacités de la marina d’Horta, l’organisateur s’est fixé une limite de vingt bateaux en IRC. Cette limite va aussi permettre à la direction de course de veiller efficacement sur la flotte et d’anticiper les éventuels changements météo.

C’est aussi le meilleur moyen de garder la convivialité indispensable pour ce type d’épreuve hauturière. Nul doute qu’ainsi, le mélange entre équipages IRC et professionnels de la classe Figaro Bénéteau se fera aisément à l’occasion de l’escale à Horta.

Alexis Loison a La découverte du Figaro 3

Après avoir récupéré son Figaro 3 le 16 janvier dernier, puis préparé sa monture au chantier caennais V1D2, Alexis Loison s’apprête désormais à entamer les premières navigations pour prendre en main sa nouvelle machine équipée de foils. Le challenge est de taille pour le skipper Région Normandie pour les deux saisons à venir qui affiche des ambitions fortes, même si ce changement de support impose de trouver au plus vite de nouveaux repères. 

La Normandy Chanel Race revient en 2019

Avec 53 concurrents au départ, la Route du Rhum a marqué un tournant dans le développement de la Class40. Sur la traditionnelle Normandy Channel Race, courue en double en début de saison, on retrouvera cette année Jörg Riechers, skipper allemand vainqueur de l’édition 2013.