iles rias compagnie groix belle-ile ouessant

 Iles et rias de Bretagne

Morbihan obligation de porter le masque sur les marchés et sur 13 communes

Patrice Faure, préfet du Morbihan, étend l’obligation de porter le masque sur 13 communes du département (Arzon, Damgan, Erdeven, Ferel, Groix, Hoëdic, Houat, Locmariaquer, Lorient, Quiberon, Saint-Gildas de Rhuys, Saint-Philibert, et Sarzeau) pour toutes personnes de 11 ans et plus, en des lieux et selon des horaires précis. L’obligation ne s’applique pas aux personnes en situation de handicap munies d’un certificat médical.
L’arrêté précise que la violation de ces dispositions est punie d’amende prévue pour les contraventions de 4e classe, et de 5e classe en cas de récidive dans un délai de 15 jours. Au cas où ces violations seraient verbalisées à plus de trois reprises dans un délai de 30 jours, les faits sont punis de six mois d‘emprisonnement et de 3 750 € d’amende.

Groix le centre de secours très sollicités

Depuis le début de l’été, les pompiers volontaires du centre de secours de Groix sont très sollicités. 91 interventions ont été effectuées depuis le 1er juillet. Ce chiffre de 91 interventions - en nette augmentation (60 en 2019) - se répartit en interventions pour secours à personne (79) et neuf accidents de la circulation. On compte aussi deux départs de feu de lande et six interventions des sauveteurs côtiers à bord du pneumatique (intervention couplée avec la vedette de la SNSM). Cette même vedette qui a assuré 30 évacuations vers le continent. L’hélicoptère de la protection civile et son équipe médicalisée ont assuré également 30 évacuations vers l’hôpital de Lorient. l’opération portes ouvertes a permis de recruter trois volontaires qui viennent d’entrer en formation : Pauline Le Court, Fabien Kersaudy et Thomas Le Mestre.

Ouessant musée des phares

Depuis le début de l’été, une équipe vient régulièrement au Musée des Phares et Balises afin d’inventorier et restaurer les œuvres en vue de l’agrandissement du musée. C’est une véritable entreprise de rénovation du musée qui a été entreprise. Tout le parcours de l’exposition permanente du musée va être revu ; il n’avait pas changé depuis au moins quinze ans. Parmi les nouveautés, beaucoup de photographies, un nouvel axe sur l’archéologie sous-marine avec un casque et des pieds-lourds de scaphandriers, les résultats des fouilles effectuées sur des épaves (dont l’Olympic Bravery, pétrolier libérien échoué sur les côtes d’Ouessant en 1976), des instruments de mesure des ondes, une pale d’aérogénérateur… 
L’extension des collections exposées au Musée des Phares et Balises à Ouessant va de pair avec son agrandissement. En vue de cette évolution, une entrée par le côté sud est envisagée, ainsi que l’ouverture du phare au public. Dans le projet du Centre national des phares, Ouessant représenterait le musée historique abritant le cœur des collections, tandis que l’antenne de Brest serait un centre mixte axé autour de la découverte scientifique et technique et de la sécurité en mer aujourd’hui.

Groix Enez-Editions présentera ses créations à Ty Canot du 8 au 14 août

Deux complices viennent de créer Enez-Éditions. Valérie Windeck est artisan-designer ; elle conçoit et dessine les objets qui sont réalisés par Fabien Kersaudy, artisan ébéniste-luthier-menuisier de marine. Ces deux artistes ont choisi de vivre et travailler à Groix en créant, dans un premier temps, une collection de meubles et d’objets fonctionnels, et ergonomiques. L’atelier d’Enez-Éditions est implanté sur le quai du Suet, dans les locaux du chantier Alternav à Port Tudy. Une exposition des plus récentes créations d’Enez-Éditions aura lieu à Ty Canot (Port Tudy) du 8 au 14 août.

Groix comment rejoindre la gare maritime de Lorient

Du 1er au 31 août, Lorient Agglomération permet au public de rejoindre la gare maritime de Lorient à partir du parking de la place d’Armes.
 
Joyau des îles de Bretagne Sud, Groix attire chaque été des milliers de visiteurs venus découvrir un espace naturel préservé au large de Lorient. La compagnie Océane qui assure la traversée entre Lorient et l’île, pour le compte de la Région Bretagne, comptabilise 2 000 passages par jour sur la période estivale.
 
Pour réguler le stationnement dans le quartier de la gare maritime de Lorient saturé en été, Lorient Agglomération revoit pour le mois d’août l’itinéraire de la ligne de bus n°112 qui assure, à l’année, la liaison Gare de L’Orientis/Gare maritime de Lorient afin de desservir également l’arrêt Parking place d’Armes. Les horaires de la ligne sont calés sur les horaires de départs et d’arrivées des bateaux.
 
A partir du samedi 1er août, le public pourra ainsi rejoindre l’embarcadère pour l’île de Groix à partir de l’arrêt Parking place d’Armes situé à l’entrée du Péristyle, face à l’Hôtel Gabriel. Ce parking offre une capacité de stationnement de 491 places et peut répondre au besoin supplémentaire rencontré durant la période d’été. Il vient compléter l’offre de stationnement du parking de L’Orientis situé près de la Gare Lorient Bretagne Sud qui propose 290 places. Les parkings sont fermés le dimanche pour les entrées mais restent ouverts pour les sorties sur présentation du ticket de stationnement (tarifs pour les deux parkings : 8,20€/jour ou 23€/semaine).
 
L’accès au service de bus se fera en utilisant le titre « famille correspondance Groix » qui permet à l’ensemble des membres d’une famille qui utilise le parking (ticket à présenter), de prendre la navette pour un tarif groupé de 3 € l’aller-retour.

Voitures sur les iles, privilégier l'électrique

Certains élus insulaires font part de leur volonté de limiter l’accès des îles aux voitures. Pour des raisons environnementales mais aussi pour résoudre des problèmes de cohabitation avec les cyclistes et les piétons.

« La voiture, c’est un réel problème sur les îles, pour Denis Bredin directeur de l’association des îles du Ponant, sur certains territoires leur nombre est trop important. Particulièrement sur les grandes îles desservies par des rouliers. Ces bateaux peuvent prendre en charge des véhicules, et les cales d’accès sont aménagées. ».

Certaines îles comme Molène, Sein, Houat et Hoëdic interdisent les véhicules des particuliers seuls sont autorisés les véhicules présentant un intérêt pour la collectivité. Ces dispositions ont été renforcées récemment en mai, le député du Morbihan Jimmy Pahun, a fait adopter un amendement à la loi d’orientation des mobilités. Il permet aux maires d’étendre l’interdiction de circulation des véhicules sur tout leur territoire sans risquer, de voir leurs arrêtés attaqués devant le tribunal administratif.

Selon Denis Palluel, le maire d’Ouessant, 500 voitures sont présentes sur l’île à l’année. « C’est beaucoup et ça engendre des problèmes de circulation et de stationnement dans deux secteurs bien déterminés : dans le bourg de Lampaul, et sur le port du Stiff, où des habitants qui prennent le bateau pour le continent, garent leur voiture ». A Ouessant, le seul moyen de poser des roues ici est de faire appel au Molenez, le petit cargo qui ravitaille l’île. Les choses sont compliquées car ces manœuvres se font au mât de charge. Pour autant, un règlement municipal empêche toute personne, qui ne vit pas au moins deux mois sur l’île, d’y posséder une voiture. Mis à part, les personnes à mobilité réduite. Denis Palluel a engagé avec les élus, une réflexion sur l’amélioration de la mobilité sur l’île. « Près de 5 km séparent le bourg du port du Stiff. Nous travaillons actuellement à un projet de partage de véhicules et de mise à disposition de véhicules électriques ». Voitures qui seraient rechargées par de l’énergie verte.

Belle-Ile est assurément l’île où circulent le plus de voitures en été. Celles des quelque 5 000 habitants qui y vivent à l’année, plus celles des touristes qui passent sur les ferries. Le territoire est vaste, difficile de faire sans voiture. Les habitants en ont besoin au quotidien, mais aussi les artisans, les commerçants. La topographie de l’île présente beaucoup de côtes, et ne se prête pas au développement de modes de déplacements alternatifs. La solution passera par le développement de la voiture électrique. Il y a des conflits d’usage entre voitures, bus, scooters, vélos et piétons, dus à un réseau routier très contraint. La collectivité tente de convaincre les visiteurs que parcourir Belle-Ile peut se faire sans voiture, en utilisant les transports en commun ou en louant sur place un véhicule.

Les bateaux de la Penn ar Bed pour un carnet de timbres

carnet de timbres

Depuis quelques mois, la flotte de la Compagnie Penn ar Bed porte les couleurs du nouveau réseau de transport de la Région Bretagne : Breizhgo*. Pour marquer ce changement, et pour promouvoir ses navires, Penn Ar Bed lance un carnet de quatre timbres-poste personnalisés. Ce livret valorise un concours de dessins d’enfants organisé l’été 2018, et de photos d’insulaires. Le carnet reprend en trame de fond les deux lauréats du concours de dessins.

Les quatre timbres-poste représentent les trois navires à passagers de la Compagnie : le « Fromveur 2 », l’« Enez Eussa 3 », l’« Enez Sun », et son navire dédié au transport de fret, le « Molenez ». Il est possible de se procurer ce carnet sur le site internet pennarbed.fr, dans les gares maritimes, ou par téléphone au 02 98 80 80 80. Le carnet est vendu au tarif de 8 €.

Iles de Bretagne consommer local

Les temps changent. Hormis quelques partenariats avec de grandes enseignes, peu nombreux sont aujourd'hui les produits des îles bretonnes à être distribués en grande surface. Il faut les chercher, les dégoter chez les petits producteurs. Mais direz-vous il y a une réelle différence de goût et de qualité? A quelques kilomètres des côtes, l'insularité ne change pas radicalement la donne, mais il reste la singularité d'un terroir plus préservé. La Bretagne et ses îles bénéficient d'un sol et de conditions propices à la culture maraîchère. Depuis quelques années, nombreux sont les consommateurs à vouloir manger bio. Aussi le Coin des producteurs à Belle-Ile propose ses produits frais comme les légumes bio, le fromage de chèvres, les poulets fermiers, la viande de mouton ou d’agneau. L'agneau né et élevé à Belle-Île porte le label « agneau du large » Il grandit en liberté dans le pâturages pendant 60 jours au minimum. Sa viande est d'une qualité remarquable et son goût délicatement salé. Un système de panier de légumes bio a été mis en place, de même sur l’ile de Groix chez Isabelle et Yves Guelou.

Consommer local

Il y a la pomme de terre bio de l'île de Batz, qui «cuisinée simplement au beurre, serait la meilleure de France» selon Patrick Geffroy! De même pour celle de Quéménès cultivée, sans produit phytosanitaire ni engrais chimique, par Soizic et David. Le navet jaune de Belle-Ile-en-Mer très savoureux qui accompagne parfaitement le navarin d'agneau du large. Autre exclusivité îlienne le miel de l’abeille noire d'Ouessant. La butineuse est préservée de toute pollution et des parasites, ce miel pur et biologique, a les faveurs d’ Olivier Roellinger. Sur l'île de Sein, Yann Le Berre, cultive la belle Sénane charnue et iodée, à l'île aux Moines, ce sont les belles creuses de Pierre et Yvonnick Martin.

Tous veulent promouvoir leur qualité de vie et l’avenir de leurs productions, en récréant un lien direct avec le consommateur. Le vrai soutien c’est de consommer local

La Compagnie Océane et l'éco conduite

Depuis 2009 le conseil général du Morbihan a équipé trois de ses ferries Bangor, Ile de Groix, Vindilis, d'un système de contrôle de la consommation de carburant. les trois unités des liaisons maritimes entre le continent et les îles du Morbihan sont équipées du système Ixeko, un économètre sur mesure conçu et réalisé à Lorient.
Son principe: donner en temps réel aux capitaines, le niveau de consommation en carburant des moteurs, mais aussi donner au fil des heures et des journées, les consommations globales. En règlant la vitesse des moteurs, mais aussi les paramètres des hélices, tout commandant de navire peut diminuer sa consommation. Avec un demi-noeud de vitesse en moins, un bateau comme le Bangor peut économiser 20l/h/moteur. On peut estimer qu'un tel navire peut économiser 500 litres de gasoil par jour. On imagine l'économie en fin d'année ! le coût du carburant peut représenter jusqu'à 30% du chiffre d'affaires d'un navire. Le système Ixeko donne une vision globale et peut agir sur plusieurs moteurs en même temps. Il est totalement automatisé et sécurisé. Les capitaines font la chasse aux gaspillages et pratiquent l’ écoconduite.