iles rias compagnie groix belle-ile ouessant

 Iles et rias de Bretagne

Groix Horaires Compagnie Oceane

La compagnie Océane communique ses horaires pour le mois de juin : le Breizh Nevez assurera cinq liaisons au départ de Groix, entre 6 h 50 et 17 h 50 et au départ de Lorient, entre 8 h 10 et 19 h 10. Au mois de juillet, l’île de Groix viendra renforcer la flotte pour assurer six liaisons, entre 6 h 50 et 19 h 45 au départ de Groix, et entre 8 h 05 et 19 h 15 au départ de Lorient.

La Compagnie Penn Ar Bed augmente ses traversées

Suite aux récentes directives gouvernementales, la Compagnie Penn Ar Bed annonce une augmentation du nombre de ses traversées à compter du mardi 2 juin pour la desserte des îles de la Mer d’Iroise. Les bateaux navigueront sept jours sur sept.

Il sera de nouveau possible de s’organiser un week-end sur les îles et ainsi de voyager le samedi et le dimanche.

Sept rotations supplémentaires sont mises en place pour Molène et Ouessant. Les mercredis et vendredis soir, le départ du Conquet à 18 h 30 est par ailleurs remis en place sur tout le mois. Ces nouveaux horaires sont valables pour tout le mois de juin et Penn Ar Bed, selon l’évolution de la situation, espère revenir à une exploitation proche de la normale dès juillet

La Compagnie Océane rétablit les rotations pour les îles

La Région et la Compagnie Océane ont décidé de rétablir pour l’ensemble des îles l’offre en nombre de rotations à partir du 2 juin. Par ailleurs, les mesures sanitaires gouvernementales, qui encadrent actuellement le transport public maritime, permettent d’augmenter les capacités en passagers des navires.

En concertation avec la préfecture du Morbihan, les capacités des navires sont portées à 50 % de leurs jauges : 225 pour le Bangor et l’île de Groix, 199 pour le Vindilis, 150 pour le Breizh Nevez 1, 117 pour le Melvan et 148 pour le Kerdonis. Ensuite, en fonction de l’évolution, et toujours en coordination avec la préfecture et les mairies insulaires, Région et Compagnie Océane décideront d’adapter l’offre en augmentant par exemple progressivement les capacités passagers.

Feu vert pour le deploiement d'hydroliennes entre Ouessant et Molène

Une réunion du bureau du Parc naturel marin d’Iroise, a permis de valider le projet de déploiement d’hydroliennes du projet Phares, dans le chenal du Fromveur, entre Ouessant et Molène.

Dans un communiqué, le Parc marin détaille : « Ce projet fait suite à cinq ans d’expérimentation de l’hydrolienne de la société Sabella. Depuis le début de ce projet, l’entreprise Sabella a suivi les préconisations du conseil de gestion en matière de réduction de l’impact de l’hydrolienne. […] L’impact de deux hydroliennes de 10 à 15 m de diamètre dans un chenal de profond de plus de 50 m et large de 3 km ne semble pas porter atteinte à l’environnement du parc. »

La mise en service des hydroliennes, toutefois, n’interviendra pas avant 2022. Elles contribueront à faire baisser la consommation de combustible fossile sur Ouessant.

Groix le père Penhouet nommé responsable de la paroisse de Groix

Le père Jean-Pierre Penhouet, qui boucle sa septième année à Crac’h, vient d’être nommé responsable de la paroisse de l’île de Groix par l’Évêché. Il prendra ses fonctions au mois d’octobre prochain.Né à Ploemeur, Jean-Pierre Penhouet a été ordonné prêtre en 1973. Il a officié à Lorient (Sainte-Bernadette), Queven, Caudan, Baud et Vannes où il a été en charge de la pastorale, avant d'occuper la fonction de vicaire épiscopal

La Finist'Air change de main

C'est officiel la Finist'Air a changé de main. Rachetée par le groupe W3 (anciennement Wynet), lui aussi basé à Guipavas, la petite entreprise de sept salariés est donc de fait privatisée puisqu'elle appartenait principalement au conseil départemental du Finistère depuis sa création en 1981.

La Finist'Air a obtenu en mars dernier le renouvellement de la délégation de service public pour la desserte de l'île d'Ouessant depuis l'aéroport de Brest Bretagne. Les vols doivent d'ailleurs reprendre le 2 juin. Les tarifs ne changeront pas : ils sont garantis dans la convention signée pour quatre ans avec les pouvoirs publics.

La flotte s'est enrichie d'un deuxième Cessna Grand Caravan d'une capacité de neuf sièges. D'autres acquisitions d'appareils seraient à l'étude. Car le nouveau propriétaire de la compagnie a de grands projets : il prévoit de créer de nouvelles lignes au départ de Brest. Dès cet été vers d'autres îles (Belle-Île-en-Mer, l'île d'Yeu, Jersey ou Guernesey). Mais surtout, la Finist'Air pourrait lancer une ligne régulière entre Brest et Nantes dès le 2 septembre. Elle continuera aussi de proposer des vols à la demande.

Groix des départs supplémentaires pour les passagers et les véhicules

Départs supplémentaires le jeudi 21 mai, le dimanche  24 mai et le lundi 1er juin, passagers et véhicules :

départ de Groix à 14h50

départ de Lorient à 16h10

Departs Passagers
Mercredi 20 mai, Jeudi 21 mai, Vendredi 22 mai, Dimanche 24 mai, Samedi 30 Mai, Lundi 1er Juin. Vous pouvez consulter les disponibilités en ligne grâce au moteur de recherche horaire du site compagnie oceane

Un marché digital pour faciliter les échanges commerciaux sur le territoire du Pays de Lorient

Lorient Agglomération initie un nouvel outil numérique « Le marché de territoire du Pays de Lorient » pour faciliter les échanges commerciaux entre les producteurs agricoles locaux et les professionnels de l’alimentation du territoire.
 
Dans la suite des travaux de sa Charte de l’agriculture et de l’alimentation et de son Projet Alimentaire Territorial et dans le cadre de la dynamique autour de son Schéma territorial du numérique, Lorient Agglomération met à disposition un outil numérique au service de la filière alimentaire locale et d’une alimentation durable pour le plus grand nombre. L’objectif est de développer les circuits d’approvisionnement de proximité, pour faire face à l'urgence de la crise.
 
Mis en œuvre avec l’entreprise Via Terroirs, en collaboration avec la Chambre d’agriculture de Bretagne, cet étal digital baptisé « Le marché de territoire du Pays de Lorient » apporte une réponse opérationnelle concrète aux producteurs agricoles locaux et aux professionnels de l'alimentation (magasins alimentaires artisans…) et de la restauration publique et privée du territoire. Les premiers peuvent créer leur étal en ligne, décrire leur entreprise, préciser les produits disponibles, renseigner les conditions de livraison. Les seconds peuvent s’approvisionner en produits locaux en soutenant les circuits courts de proximité.
 
La plateforme numérique est destinée aux acteurs économiques des communes du Pays de Lorient (25 communes de Lorient Agglomération, 16 communes de Quimperlé Communauté et 5 communes de la communauté de communes Blavet Bellevue Océan). C'est l'opportunité pour tous les acteurs de la filière alimentaire du Pays de Lorient de renforcer les liens qui les unissent, d'en tisser de nouveaux, tout en contribuant au dynamisme de l'économie locale et à l'attractivité du territoire.

Progression de nouveaux venus sur Belle-Ile

Bangor enregistre une progression de 53 nouveaux venus, qui rapprochent la commune de Belle-Ile du millier d’habitants : 999 ; Locmaria suit aussi avec 31 îliens de plus, pour arriver à 868. Sauzon, avec 988 contre 909, attire 79 nouveaux îliens. Le Palais est stable avec la perte de 7 habitants pour se maintenir à 2 571. Hoedic (99 contre 121, -22) et Houat (231, -18) sont un peu à la traîne.

Voitures sur les iles, privilégier l'électrique

Certains élus insulaires font part de leur volonté de limiter l’accès des îles aux voitures. Pour des raisons environnementales mais aussi pour résoudre des problèmes de cohabitation avec les cyclistes et les piétons.

« La voiture, c’est un réel problème sur les îles, pour Denis Bredin directeur de l’association des îles du Ponant, sur certains territoires leur nombre est trop important. Particulièrement sur les grandes îles desservies par des rouliers. Ces bateaux peuvent prendre en charge des véhicules, et les cales d’accès sont aménagées. ».

Certaines îles comme Molène, Sein, Houat et Hoëdic interdisent les véhicules des particuliers seuls sont autorisés les véhicules présentant un intérêt pour la collectivité. Ces dispositions ont été renforcées récemment en mai, le député du Morbihan Jimmy Pahun, a fait adopter un amendement à la loi d’orientation des mobilités. Il permet aux maires d’étendre l’interdiction de circulation des véhicules sur tout leur territoire sans risquer, de voir leurs arrêtés attaqués devant le tribunal administratif.

Selon Denis Palluel, le maire d’Ouessant, 500 voitures sont présentes sur l’île à l’année. « C’est beaucoup et ça engendre des problèmes de circulation et de stationnement dans deux secteurs bien déterminés : dans le bourg de Lampaul, et sur le port du Stiff, où des habitants qui prennent le bateau pour le continent, garent leur voiture ». A Ouessant, le seul moyen de poser des roues ici est de faire appel au Molenez, le petit cargo qui ravitaille l’île. Les choses sont compliquées car ces manœuvres se font au mât de charge. Pour autant, un règlement municipal empêche toute personne, qui ne vit pas au moins deux mois sur l’île, d’y posséder une voiture. Mis à part, les personnes à mobilité réduite. Denis Palluel a engagé avec les élus, une réflexion sur l’amélioration de la mobilité sur l’île. « Près de 5 km séparent le bourg du port du Stiff. Nous travaillons actuellement à un projet de partage de véhicules et de mise à disposition de véhicules électriques ». Voitures qui seraient rechargées par de l’énergie verte.

Belle-Ile est assurément l’île où circulent le plus de voitures en été. Celles des quelque 5 000 habitants qui y vivent à l’année, plus celles des touristes qui passent sur les ferries. Le territoire est vaste, difficile de faire sans voiture. Les habitants en ont besoin au quotidien, mais aussi les artisans, les commerçants. La topographie de l’île présente beaucoup de côtes, et ne se prête pas au développement de modes de déplacements alternatifs. La solution passera par le développement de la voiture électrique. Il y a des conflits d’usage entre voitures, bus, scooters, vélos et piétons, dus à un réseau routier très contraint. La collectivité tente de convaincre les visiteurs que parcourir Belle-Ile peut se faire sans voiture, en utilisant les transports en commun ou en louant sur place un véhicule.

Les bateaux de la Penn ar Bed pour un carnet de timbres

carnet de timbres

Depuis quelques mois, la flotte de la Compagnie Penn ar Bed porte les couleurs du nouveau réseau de transport de la Région Bretagne : Breizhgo*. Pour marquer ce changement, et pour promouvoir ses navires, Penn Ar Bed lance un carnet de quatre timbres-poste personnalisés. Ce livret valorise un concours de dessins d’enfants organisé l’été 2018, et de photos d’insulaires. Le carnet reprend en trame de fond les deux lauréats du concours de dessins.

Les quatre timbres-poste représentent les trois navires à passagers de la Compagnie : le « Fromveur 2 », l’« Enez Eussa 3 », l’« Enez Sun », et son navire dédié au transport de fret, le « Molenez ». Il est possible de se procurer ce carnet sur le site internet pennarbed.fr, dans les gares maritimes, ou par téléphone au 02 98 80 80 80. Le carnet est vendu au tarif de 8 €.

Iles de Bretagne consommer local

Les temps changent. Hormis quelques partenariats avec de grandes enseignes, peu nombreux sont aujourd'hui les produits des îles bretonnes à être distribués en grande surface. Il faut les chercher, les dégoter chez les petits producteurs. Mais direz-vous il y a une réelle différence de goût et de qualité? A quelques kilomètres des côtes, l'insularité ne change pas radicalement la donne, mais il reste la singularité d'un terroir plus préservé. La Bretagne et ses îles bénéficient d'un sol et de conditions propices à la culture maraîchère. Depuis quelques années, nombreux sont les consommateurs à vouloir manger bio. Aussi le Coin des producteurs à Belle-Ile propose ses produits frais comme les légumes bio, le fromage de chèvres, les poulets fermiers, la viande de mouton ou d’agneau. L'agneau né et élevé à Belle-Île porte le label « agneau du large » Il grandit en liberté dans le pâturages pendant 60 jours au minimum. Sa viande est d'une qualité remarquable et son goût délicatement salé. Un système de panier de légumes bio a été mis en place, de même sur l’ile de Groix chez Isabelle et Yves Guelou.

Consommer local

Il y a la pomme de terre bio de l'île de Batz, qui «cuisinée simplement au beurre, serait la meilleure de France» selon Patrick Geffroy! De même pour celle de Quéménès cultivée, sans produit phytosanitaire ni engrais chimique, par Soizic et David. Le navet jaune de Belle-Ile-en-Mer très savoureux qui accompagne parfaitement le navarin d'agneau du large. Autre exclusivité îlienne le miel de l’abeille noire d'Ouessant. La butineuse est préservée de toute pollution et des parasites, ce miel pur et biologique, a les faveurs d’ Olivier Roellinger. Sur l'île de Sein, Yann Le Berre, cultive la belle Sénane charnue et iodée, à l'île aux Moines, ce sont les belles creuses de Pierre et Yvonnick Martin.

Tous veulent promouvoir leur qualité de vie et l’avenir de leurs productions, en récréant un lien direct avec le consommateur. Le vrai soutien c’est de consommer local

La Compagnie Océane et l'éco conduite

Depuis 2009 le conseil général du Morbihan a équipé trois de ses ferries Bangor, Ile de Groix, Vindilis, d'un système de contrôle de la consommation de carburant. les trois unités des liaisons maritimes entre le continent et les îles du Morbihan sont équipées du système Ixeko, un économètre sur mesure conçu et réalisé à Lorient.
Son principe: donner en temps réel aux capitaines, le niveau de consommation en carburant des moteurs, mais aussi donner au fil des heures et des journées, les consommations globales. En règlant la vitesse des moteurs, mais aussi les paramètres des hélices, tout commandant de navire peut diminuer sa consommation. Avec un demi-noeud de vitesse en moins, un bateau comme le Bangor peut économiser 20l/h/moteur. On peut estimer qu'un tel navire peut économiser 500 litres de gasoil par jour. On imagine l'économie en fin d'année ! le coût du carburant peut représenter jusqu'à 30% du chiffre d'affaires d'un navire. Le système Ixeko donne une vision globale et peut agir sur plusieurs moteurs en même temps. Il est totalement automatisé et sécurisé. Les capitaines font la chasse aux gaspillages et pratiquent l’ écoconduite.